Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

baroudoc.overblog.com

Carnet de vie d'un médecin voyageur


Une aurore dans la nuit polaire

Publié le 16 Mars 2013, 10:44am

Comme prévu, la nuit polaire tient ses promesses et nous amène son lot de satisfactions.

Comme prévu, 2013 s'annonce être une belle année d'éruptions solaires.

Comme prévu, la manifestation sur Terre de ces grosses colères de notre astre rayonnant est visible aux pôles.

Nous sommes jeudi soir. Il est 23 heures. Une poignée d'entre nous est réunie dans le Séjour et profite de la projection impromptue de "Games of Thrones", une série en anglais sous-titrée anglais, histoire de mélanger divertissement et renforcement de nos connaissances linguistiques.

L'épisode 5 touche à sa fin.

Emile, un des météos de la base, surgit alors du Hall :

"Elle est sympa, celle-là ! Beaucoup plus lumineuse que la dernière !".

Son intervention sonne le glas de notre intérêt pour la projection.

Forcément, c'est l'heure d'aller jeter un coup d'oeil dehors.

Forcément !

Elle est belle. C'est vrai qu'elle est plus lumineuse que la précédente, plus verte aussi.

La première que j'ai vue tirait sur le blanc et était à peine visible à l'oeil nu, comme un voile qui flotterait sur une rivière d'étoiles.

Les essais photographiques de cette nuit-là n'avaient d'ailleurs pas été très concluants. C'est un problème que de vouloir réussir tout de suite à saisir un phénomène rare et difficile à capturer. Il y a un temps d'apprentissage.

Ce soir, c'est ma deuxième chance. Ce soir, je photographie une aurore australe.

Je pars m'équiper. La première phase, c'est celle-là ! L'erreur est de se précipiter. Vouloir y être tout de suite.

Il y a peu de vent, assez pour donner un ressenti de température inférieur à - 20°C. Mal préparé, je ne tiendrai pas longtemps. Si je ne tiens pas, je n'aurais pas de belles images, trop occupé à penser à me réchauffer. Pas concentré.

Alors je prends mon temps.

Elle peut attendre ...

Elle va attendre !

Combinaison polaire, pull, bonnets (deux), sous-gants, bottes fourrées.

Ne pas oublier la chaufferette dans la poche. Quand le froid est tel qu'il vous dévore l'extrémité des doigts, c'est la seule alternative au retour précoce dans un environnement propice à la remontée en température de votre organisme.

Pour les gants, j'hésite. Difficile de manipuler son appareil avec des moufles. La paire de sous-gants fait l'affaire si on ne s'expose pas trop longtemps et elle laisse la souplesse nécessaire aux doigts pour les réglages photographiques.

D'ailleurs, ne pas oublier : L'appareil !

Bien sûr, l'oublier paraît difficile. Mais bloquer le miroir en position relevée, prendre une batterie chargée à bloc et vérifier que je n'ai pas oublié de remettre la carte mémoire dedans sont des étapes qu'il vaut mieux que je fasse au chaud et dans la lumière.

La frontale sur le front : c'est encore là qu'elle est le mieux.

Le trépied : Essentiel !

C'est parti.

 

Brrr ! Oui ! Il fait froid. Vraiment froid.

 

Quelques petits camarades ont aussi sorti leurs jouets et sont partis chasser la lumière en contrebas du "42". Très bien. Je vais choisir un autre point de vue. Le temps de traverser quelques passerelles, me voici sur la plate-forme d'où les météos envoient leur ballon sonde tous les jours à neuf heures précises.

Le plus bel avantage que j'y trouve, pour l'heure, est l'immense pare-vent qui me protège et qui évitera dans un instant à mon trépied de se faire malmener par les bourrasques polaires.

Déploiement du matériel. Visée, ouverture du diaphragme à fond. Un bref regret de ne pas avoir un objectif qui n'ouvre pas plus. Classique. Quel que soit son matériel, on se dit toujours qu'on pourrait faire mieux si on avait "juste le modèle au-dessus". Non, ça suffit ! Celui-ci fera très bien l'affaire. Il l'a fait jusqu'à présent et il va continuer dans la même voie.

Je branche le déclencheur souple. Il est utile car il évite de toucher l'appareil pendant la prise de vue. Comme il faut plusieurs secondes pour avoir suffisamment de lumière sur "la pellicule", appuyer sur le déclencheur de l'appareil entraînerait un flou de l'image. Ce serait dommage, c'est déjà bien assez compliqué comme ça.

....

Je déclenche : séance photos.

De tentative en tentative, mes réglages s'affinent. Je capture un peu mieux à chaque fois cette lumière si rare, dans la nuit polaire

 

Aurore australe sur DDU

Aurore australe sur DDU

Quarante cinq minutes se sont écoulées. J'ai froid. Mon équipement me protège bien mais mes doigts commencent vraiment à me faire mal. Il est temps de rentrer.

J'ai tout l'hiver pour m'améliorer.

J'ai tout l'hiver pour en remplir mon disque dur à le faire déborder de toute part.

Là, je lève les yeux : La Voie Lactée s'offre à moi, limpide. Une véritable rivière de diamants au firmament.

Bon, d'accord ! Une dernière pour la route ....

 

 

La Voie lactée traverse le ciel, juste au-dessus de moi.

La Voie lactée traverse le ciel, juste au-dessus de moi.

Commenter cet article

Archives

Articles récents