Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

baroudoc.overblog.com

Carnet de vie d'un médecin voyageur


Du chocolat et des hommes

Publié le 6 Avril 2013, 09:52am

Surréalisme d'un oeuf en chocolat devant la banquise.

Surréalisme d'un oeuf en chocolat devant la banquise.

 

Vivre en dehors du monde.

Vivre en dehors du temps.

Pourtant il est bien agréable, voire fondamental, d'avoir des repères auxquels s'accrocher.

Robinson Crusoé l'avait bien compris lui qui, sur son île, avait décidé de se fixer un planning de tâches à accomplir pour ne pas perdre la raison. Alors, comme lui, nous avons nos îlots d'habitudes redondantes qui nous permettent de rester ancrés dans la réalité. Repas à heures fixes, manip' vivres le samedi, séance cinéma le dimanche, services base à effectuer deux à trois fois par mois, soirées "tarot", autant d'évènements qui ponctuent notre vie sur ce confetti exigu et isolé qu'est la base Dumont D'Urville.

Même ma lessive hebdomadaire n'échappe pas à la règle : tous les dimanches soirs pendant le film. Oui, c'est mon créneau horaire. Rien ne m'y oblige. mais, c'est idiot, je m'y accroche.

Et puis, il y a les autres évènements ... Les anniversaires, par exemple, qui sont toujours attendus et fêtés avec une grande convivialité.

Willy est notre boulanger-pâtissier. Du haut de ses 21 ans, ce vendéen est le "bidou" de la base : le plus jeune de la mission.

Il ne faut pas en conclure pour autant que c'était le moins motivé à l'idée de venir hiverner en Antarctique. Il a eu connaissance de ce poste de volontaire au service civil (VSC) alors qu'il terminait sa formation de boulangerie. Mais l'IPEV souhaitait recruter un boulanger-pâtissier. Qu'à cela ne tienne ! Il est reparti pour un an de formation de plus, le temps d'obtenir cette qualification professionnelle supplémentaire qui lui ouvre les portes du sixième continent.

Willy, notre boulanger-pâtissier en plein travail

Willy, notre boulanger-pâtissier en plein travail

 

Chaque jour, nous avons des baguettes de pain frais. Plusieurs fois dans la semaine des pâtisseries viennent égayer les fins de repas. Le samedi matin, chacun peut apprécier un croissant ou un pain au chocolat au petit déjeuner.

Willy est même responsable (en partie) de ma difficulté à me débarrasser de quelques kilogrammes superflus malgré ma fréquentation de plus en plus assidue de la salle de sport. Je crois en effet que le goûter du vendredi après-midi, une véritable institution Adélienne, m'est fatal. Mais comment résister à de délicieux croissants aux amandes ou à des cookies  au chocolat trempés dans un verre de lait ?

Cette question je ne suis assurément pas le seul à me la poser.

Chaque fin de semaine quand nos radios VHF diffusent le message préenregistré annonçant l'heure tant attendue et que retentit dans nos oreilles un gourmand :

"Il est 16 heures ! C'est l'heure du goûter !", la vie de la base, à défaut de s'arrêter, ralentit en proportions considérables au fur et à mesure que se déversent dans le "Salon" les hivernants venus satisfaire leur gourmandise.

Instant partagé, prélude au week-end, signe de l'achèvement d'une nouvelle semaine, une de plus vécue ici, une de moins à y vivre.

Une marque, une encoche mise à la suite des autres sur le calendrier virtuel de mon hivernage.

Du pain frais, des gâteaux d'anniversaire et de la bonne humeur, voilà ce que Willy amène à la mission.

Du pain frais, des gâteaux d'anniversaire et de la bonne humeur, voilà ce que Willy amène à la mission.

Et puis ...

Il y a eu Pâques !

La semaine précédant cette date, nous avons bien vu Willy s'affairer plus que d'habitude à son poste de travail. Nous avons bien noté qu'il y avait des odeurs de chocolat persistantes dans l'air. Nous avons bien remarqué des moules aux formes arrondies "traîner" dans la cuisine.

Ce lundi soir, au dessert, une mousse au chocolat nous est présentée. Fixée par un morceau de scotch sur chaque ramequin, une bande de papier. Sur chacune de ces bandes, une énigme. Au bout de l'énigme, la récompense !

Oui ! Ce Lundi de Pâques en Antarctique, nous avons eu droit à une Chasse au Trésor. D'une phrase sibylline, il a fallu déduire où notre facétieux compagnon avait dissimulé notre délectable trophée sucré.

J'ai eu de la chance, mon énigme était assez facile. Peut être trop ! Convaincu que la réponse était "la salle de sport". Je me suis précipité dans le piège tendu jusqu'au bâtiment dans lequel elle se trouve, retournant la pièce par deux fois en pestant après moi-même d'être incapable de découvrir mon précieux butin, avant de me rappeler que cette fameuse salle de sport est la nouvelle en fonction depuis notre mission.

Lors de la mission précédente, elle se trouvait dans un autre bâtiment, dans une autre pièce, à côté du bureau des "météos".

Mais j'ai fini par le trouver ! Un oeuf magnifique, tout en chocolat, protégé dans son emballage fait maison, en aluminium, bien caché au fond d'un tiroir.

Promesse d'un instant de gourmandise et de réconfort.

Sourire.

Satisfaction.

Je ne me rappelle même pas la dernière fois que j'ai participé à ce genre de Chasse au Trésor. Un petit plaisir. Mais un de ces plaisirs essentiels qui permettent de rompre avec la monotonie parfois difficile à vivre qui peut exister sur une base coupée du monde.

Après tout, le chocolat n'est-il pas aussi une métaphore sur le sens de ma présence sur cette base?

 

 

 

 

Aimez le chocolat à fond, sans complexe ni fausse honte, car rappelez vous : Sans un grain de folie, il n'est point d'homme raisonnable.

François de la Rochefoucauld

Commenter cet article

anonyme 07/04/2013 17:29

j avoue que vous faite énormement d envieux , une chasse au trésor en antarticque .. on croit réver .. eh bien non c est bien réel... mon grand garçon est boulanger patissier et j aurai aimé qu il me fasse des bons gros oeufs en chocolat pour paques , mais je n ai rien eu , tout simplement parce qu il est loin de moi et de toute sa petite famille ( voir a peu pres 20 000km )eh oui l idée lui a pris d aller exercer son métier pendant quelques temps sur une base qui a pour nom Dumont durville vous connaissez!!!eh oui ce bidou comme vous dites c est aussi le notre et il nous manques , alors si par hasard au détour d un couloir vous le croiser embrassez le pour nous.....prenez bien soin de lui afin qu il continue a vous gater Bonne continuation a tous pour cette superbe aventure ..... les parents du bidou

Archives

Articles récents