Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

baroudoc.overblog.com

Carnet de vie d'un médecin voyageur


C'est festival !

Publié le 15 Août 2013, 10:49am

C'est festival !

 

 

Si la Mid-winter est maintenant une tradition séculaire, il en est une autre en passe de s'institutionnaliser sur le 7ème continent. Il s'agit du Festival du film antarctique.

Depuis 2007, les bases antarctiques des différentes nations représentées sur ce gigantesque territoire glacé s'échangent, à cette occasion, des courts métrages, productions amateurs réalisées sur place avec les moyens du bord et l'ingéniosité qui va avec.

Les nouvelles technologies ne sont bien évidemment pas étrangères à l'essor de cette manifestation. L'équipement personnel des hivernants modernes comprend de manière quasi systématique un appareil photos dont les caractéristiques lui permettent de faire également des séquences vidéo de qualité.
Par ailleurs, certains amateurs possèdent également un camescope. Ajoutez à tout ceci la simplification des possibilités de montage vidéo sur ordinateur personnel et le développement des transmissions de flux d'informations par antennes satellites et vous obtenez toutes les conditions nécessaires à la mise en place récente de cet évènement à la portée internationale (par définition).

Mes prédécesseurs, dans l'histoire de la base, me comprennent sans aucun doute. Eux, qui n'avaient pour possibilité de communication qu'un fax d'une page par semaine avec deux de leurs proches seulement.

Ainsi, Maxime, le chef de district de la base française Dumont d'Urville nous communiqua vers mi-juillet un mail en provenance de Mc Murdo, la station américaine proche du Mont Erebus.
Cette année, le festival se tiendrait le week-end du 3 au 4 août. Les règles ? Simples !

- Toutes les bases antarctiques et subantarctiques peuvent participer.

- Les films doivent faire approximativement 5 minutes.

- Les films doivent être réalisés sur place.

Il existe deux catégories de films :

La première est la catégorie "Open" au sujet complétement libre.

La seconde est la catégorie "48 H". Comme son nom l'indique, elle impose de réaliser son court métrage en 48 heures. Mais ce serait trop simple. Pour rajouter du piment et du fun à la compétition amicale, des contraintes, au nombre de cinq, sont proposées par des bases ayant gagné l'année précédente et communiquées au début de la compétition.

Pour cette édition 2013, étaient à placer dans notre scénario :

- Un personnage : M. Pain d'épices (les amateurs de Schrek s'y retrouveront).

- Un gros objet : une baignoire.

- Un petit objet : une balle de ping-pong.

- Une phrase : "Voulez-vous coucher avec moi ce soir ?" en français dans le texte.

- Un son : un éternuement.

L'idée de réaliser un court métrage à contraintes est extrêmement stimulante, même si l'inspiration "oulipiesque" (1) peut sembler suffisamment lointaine pour oser revendiquer la moindre filiation avec le mouvement co-créé par Raymond Queneau en 1960. Elle rend surtout la compétition beaucoup plus drôle par l'absurde des situations qu'elle engendre.

Pour ma part, c'est surtout dans la catégorie "Open" que je me suis investi.

Une base, c'est comme un grand studio de cinéma avec des décors inimaginables, des acteurs disponibles, des compétences techniques variées qui peuvent avantageusement être utilisées à propos, et des accessoires peu accessibles en temps normal. Bref, de quoi s'amuser !

Et à plus d'un mois de la Mid-winter, au coeur de l'hiver polaire, c'était un excellent moyen de se détendre et de rompre avec la mélancolie qui nous envahit tous à des degrés variables en cette période de l'année.

Donc, la semaine précédant le début du festival, je me suis lancé dans la "superproduction" d'un blockbuster de 5 minutes, montre en main (en fait : 4 minutes 59 secondes et 24 images soit une image de moins que la limite ...), hérité des films de genre  de Georges Romero, le "roi" du film "gore" de zombies.

Pourquoi des zombies ?

Parce que, en toute honnêteté, c'est très amusant à faire !

Mes camarades ne le nieront pas, au vu des mines réjouies qu'ils ont arboré lors du tournage, la bouche dégoulinante de faux sang et le visage grimé d'un maquillage "maison" réalisé à base de farine pour les rendre encore plus blafards qu'ils ne le sont.

Et, durant une semaine, nous nous sommes investis à produire notre première "oeuvre" pour la compétition : maquillage, tournage en extérieur par moins 20°C pendant les quelques heures de jour disponibles, préparation des effets spéciaux et montage toute la soirée. Et puis, est arrivé le moment le plus cruel :réduire la durée du film, décidément trop long. Quelles scènes couper ? Quel rush raccourcir ? Comment faire rentrer dans cinq minutes ce qui en nécessiteraient huit ?

A cet instant, j'ai mieux compris pourquoi les vrais réalisateurs avaient tant de mal à respecter les durées initialement prévues pour leur création et arrivaient à des films de deux heures, deux heures trente au lieu des quatre vingt dix minutes souhaitées à l'origine.

 

 

 

La perfection est atteinte, non pas lorsqu'il n'y a plus rien à ajouter mais lorsqu'il n'y a plus rien à retrancher

Saint-Exupéry

Loin de moi l'arrogante idée de toucher à la perfection, mais une citation pareille facilite beaucoup le travail de l'ego quand il s'agit de sacrifier des scènes auxquelles on tient.

Bref, tant bien que mal, le premier film était fini.

Entraîna -t-il une dynamique favorable pour le deuxième ?

Un groupe d'hivernants, bien motivés, se décida à prendre les rênes pour celui-ci.

Avec énergie et imagination, ils s'investirent dans le scénario et le tournage d'une astucieuse vidéo sur l'idée d'un "zapping", alors que je fournissais une aide technique au montage.

Et, au terme du week-end, naissait le représentant officiel de la mission 63 pour la catégorie "48 H".

Nous avions nos deux candidats.

 

...

 

Nous sommes aujourd'hui le 15 aout.
Les vents catabatiques balayent avec leur violence habituelle la base.

Nos deux films ont été envoyés aux autres stations et nous avons fini de réceptionner les oeuvres concurrentes.

Chaque soir, depuis dix jours, nous visionnons ensemble, après le repas, les court-métrages reçus dans la journée avant de passer à l'étape ultime : les votes.

  • Quel est le meilleur film "Open" ?
  • Quel est le meilleur film "48 H" ?
  • Quel film "48 H" a le meilleur scénario ?
  • Quel film " 48 H" est le mieux réalisé ?
  • Quel film "48 H" intègre le mieux les contraintes ?
  • Quel film "48 H" a la meilleure interprétation ?

Les questions qui nous sont posées nécessitent un visionnage attentif et les oeuvres présentées ont de quoi nous occuper :

Pas moins de 28 films sont proposés par 16 stations différentes dans la catégorie "Open", et ce sont 19 court-métrages de 17 bases qui sont en lice pour "48 H".

Etonnants, amusants, esthétiques, parfois ennuyeux, il faut le reconnaître, il y a un peu de tout. Souvent c'est une façon de mettre en avant sa base, son cadre de vie, ses installations. Alors, au détour d'une image, nous nous laissons aller à des commentaires qui peuvent sembler "hors propos".

Instants choisis :

- "Oh, ils ont carrément un jacuzzi, eux !"

- Tu as vu le bar des Japonais ? Ils ont même de vrais verres à vin !'

- "Les fauteuils ont l'air confortables !"

- Ils ont combien de scooters de neige là-bas?"

- Mmm ; ça a l'air rustique quand même !"

Autant de remarques qui nous ramènent à notre cadre de vie isolé, et ce,  pour encore une poignée de mois ...

En quelque sorte, ce festival remplit fort bien sa fonction : celle qui consiste à échanger entre hivernants du monde entier nos similitudes (énormes), et nos différences (pas si grandes) dans notre façon de vivre cette période brève et intense dans laquelle nous évoluons cette année ; un moyen de se sentir moins seul ; un moyen de se rappeler que nous appartenons à cette communauté internationale éphémère, rassemblée sous la bannière des températures négatives les plus extrêmes de l'hémisphère sud.

Nos "oeuvres" ne sont pas forcément grandioses, mais assurément généreuses.

Et, j'espère que ce festival durera longtemps avec une participation de plus en plus importante.

Mais pour l'heure, il est temps que j'aille voter !

 

Bonus :

Voici les liens vous permettant de découvrir les productions variées des différentes stations antarctiques :

Dumont d'Urville :

- "Open"

https://docs.google.com/file/d/0B7Rsp8JhiIghdEVua0ZDdGZFY1U/edit?usp=sharing

- "48 H" :

https://docs.google.com/file/d/0B7Rsp8JhiIghQTY1aDFhcGFrZ2c/edit?usp=sharing

 

Les autres bases :

 

https://drive.google.com/folderview?id=0B6xKzE6p5KMFX0FrZXJlV3lkTDQ&usp=sharing

 

 

(1) cf  "OuLiPo: ouvroir de littérature potentielle cf Wikipedia :

Commenter cet article

Anonyme 19/09/2013 01:04

Quel est le résultat ?
Dans tous les cas : Felicitations !

Anonyme 28/08/2013 10:49

Super les effets spéciaux avec les zombies !

Archives

Articles récents