Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

baroudoc.overblog.com

Carnet de vie d'un médecin voyageur


Une rencontre inattendue

Publié le 21 Octobre 2013, 13:58pm

 

Les jours passent.

Depuis quelque temps, la motivation dont je fais preuve pour sortir faire de nouvelles photos s'effiloche avec paresse.

Pourtant, le soleil est bien là, fier et flamboyant. Matinal comme j'avais oublié qu'il pouvait l'être. Par la fenêtre de ma chambre, il me bouscule dans mon sommeil dès 4 heures du matin, sans complaisance aucune. Il offre alors à mon regard une vision toujours nouvelle des icebergs qui parsèment l'horizon. Ce sont pourtant bien ces mêmes bergs que j'embrasse du regard de manière quasi quotidienne depuis presque un an. Serait ce là l'origine de ma lassitude ?


Mais aujourd'hui, c'est différent. Grâce à l'énergie de compères hivernants avec moi sur la base française Dumont d'Urville, me voici quelques heures plus tard harnaché du petit sac à dos dans lequel je trimbale gaillardement mon appareil photo, à déambuler sur la banquise. L'idée du jour, c'est de compter, à la demande du scientifique qui est responsable de cette étude, le nombre de phoques de Wedell qui ont décidé d'élire domicile aux alentours de la base pour accueillir leur progéniture. La zone est vaste et quatre groupes de trois personnes ont été constituées pour couvrir les aires du même nombre à parcourir.

Les trois autres équipes ont choisi les espaces les plus éloignées de la base, mais aussi ceux qui présentent la plus grande probabilité d'observer ces mammifères nouveaux pour nous après nos longs mois d'isolement seulement accompagnés des manchots empereurs, nos voisins immédiats.

Mon « escouade », quant à elle, se contente de voleter tout autour de la base : plus une balade, en somme, pour vérifier l'absence logique de phoques dans le théâtre de mes opérations du jour.

Sur ce point, pas de surprise ! Alors que les explorateurs concurrents auront dénombré plusieurs individus chacun, notre score aura été de « un » phoque, une jeune maman, et son bébé phoque juste à côté. La découverte est à relativiser, car le binôme était déjà connu depuis plusieurs jours par le VSC (Volontaire au Service Civil) qui se charge de ce programme.

Heureusement, la surprise est venue d'ailleurs. C'est même le principe fondamental d'une surprise.

Un pas après l'autre, la petite boule de duvet s'approche.

Un pas après l'autre, la petite boule de duvet s'approche.

Alors que nous évoluons avec sérénité sur la glace de mer derrière une petite île de l'archipel, nous tombons quasiment nez à nez au détour d'un bloc de glace avec un poussin empereur. La colonie n'est pas très loin mais tout de même. Le poussin est isolé, à distance du groupe.

Là, il est important que je précise un point utile : afin de protéger les espèces rares, le Traité de l'Antarctique dont la France est signataire, précise qu'il est interdit de s'approcher des animaux, hors observations scientifiques dûment autorisées, pour ne pas les perturber. Les règles appliquées sur la base française concernant les empereurs sont :

  • 40 mètres minimum de la colonie ou d'un groupe.
  • 20 mètres minimum d'un individu isolé.

 
Par contre, si par hasard vous vous retrouvez à distance respectée d'un animal ( ou, comme dans le cas présent lorsqu'un obstacle vous empêche de le prévoir) et que celui-ci, curieux comme savent l'être les manchots, décide de s'approcher de vous, vous n'êtes pas en infraction.

Infraction ! Ce mot peut vous paraître étrange, si vous pensez à l'Antarctique comme une zone de liberté absolue où chacun peut faire ce qu'il veut. Ce n'est pas le cas, et de nombreuses règles, une multitude de décrets s'appliquent ici, que ce soit pour la sécurité de chacun dans un territoire particulièrement hostile à l'homme, ou pour la protection bien évidente de l'environnement, fragile et délicat. Il n'est déjà pas simple pour les animaux qui décident de se reproduire ici de survivre, il n'est pas nécessaire que nous en rajoutions.


Mais revenons à notre petit « Happy Feet », apparu brusquement devant nous à une dizaine de mètres. L'occasion légitime est trop belle. Je m'allonge immédiatement au sol et dégaine mon appareil. Plusieurs fois déjà, j'ai bénéficié de la curiosité d'empereurs adultes jusqu'à les voir s'approcher de moi à moins d'un mètre. Mais jamais jusqu'à présent je n'ai eu la chance de voir un poussin d'aussi près.

Mais le hasard encore fait bien les choses et en ajoute à ce petit moment de bonheur. Le malicieux se décide à bouger, et se déplace… dans ma direction.


Je shoote ! J'enchaine les clichés !

Mon objectif réglé au début au maximum de ses capacités grossissantes, je tourne progressivement la bague au fur et à mesure pour adapter le cadrage, de plus en plus serré alors que je ne cesse de dézoomer.

Je crois que c'est à ce moment là que j'ai relevé la tête.

Il était devant moi, à peut-être cinquante centimètres. Son regard se promenait en alternance sur mes compagnons et sur moi même.

Une petite boule de duvet d'une vingtaine de centimètres, comme dans les dessins animés, mais en vrai.

Je retrouve mon âme de gosse.

 

Silence...

Un instant dont je profite.

Un instant qu'il est bon de partager.

Un côté débonnaire dans l'allure de notre petit compagnon, pourtant encore bien maladroit.

Un côté débonnaire dans l'allure de notre petit compagnon, pourtant encore bien maladroit.

Après quelques minutes qui paraissent n'en plus finir, l'oisillon reprend sa route, nous passe et disparaît en direction de la colonie.


Cet instant à lui seul suffit pour que cette journée ensoleillée soit une réussite délicieuse. Il me confirme aussi la motivante évidence : les photos sont bien là, à portée d'objectif, si tant est que je sorte de mon bureau.


Tant pis pour les phoques. Aujourd’hui ce n'était pas leur jour. Mais leur tour viendra.

Bientôt.

Très bientôt…

Les regards se croisent.

Les regards se croisent.

Commenter cet article

Layïla 16/12/2013 21:23

Plus nous lisons, plus les frissons nous envahissent, qu'elle chance de voir à l'œil nu tant de beauté !

Eric PANNAUD 23/10/2013 14:21

merci pour avoir partagé ce superbe moment avec cet imprudent, qui je suppose doit avoir pas mal de prédateurs ?
bonne fin de séjour et profites des longues journée d'été qui arrivent

anonyme 23/10/2013 07:54

Waouh... Magnifique rencontre que vous n oublierez jamais ....lorsque l' on voit vos clichés , on ne peut etre que sous le charme.......... cela semble irréel et pourtant ..... Merçi de nous en faire profiter ... Bon courage La Maman de Willy

Archives

Articles récents